The Cruel Prince – Le guide pour devenir badass !

L’on dit que la haine n’est jamais loin de l’amour. Et s’il est parfois difficile de départager ces sentiments contradictoires, il n’en est pas moins impossible d’être consumé par les deux en même temps. Entre trahisons, complots et magie, les Fae peuvent s’avérer mortellement dangereux… mais l’amour, lui aussi, peut tuer.

 

*Lecture en V.O.

20180619_212936_0001

Jude was seven years old when her parents were murdered and she and her two sisters were stolen away to live in the treacherous High Court of Faerie. Ten years later, Jude wants nothing more than to belong there, despite her mortality. But many of the fey despise humans. Especially Prince Cardan, the youngest and wickedest son of the High King.

To win a place at the Court, she must defy him–and face the consequences.

In doing so, she becomes embroiled in palace intrigues and deceptions, discovering her own capacity for bloodshed. But as civil war threatens to drown the Courts of Faerie in violence, Jude will need to risk her life in a dangerous alliance to save her sisters, and Faerie itself.

20180619_212950_0001

Alors… Ce roman est presque un coup de coeur. Eh oui, il faut bien commencer quelque part. Pourquoi « presque » ? Car, au milieu de l’intrigue, après une centaine de pages merveilleuses que j’ai dévoré, je me suis trouvée devant une tournure disons… spéciale. Je n’appréciais absolument pas la direction que prenait le roman, je voyais déjà le cliché au bout du tunnel, mais Ô combien j’avais tort ! Et heureusement.

« If you hurt me, I wouldn’t cry. I would hurt you back. » – Jude

Commençons d’abord par l’univers : des Faes aussi beaux les uns que les autres, une héroïne forte, humaine, et parfois stupidement humaine, un monde magnifique, mais hostile, de l’injustice, des complots politiques… un setting de base très bien ancré dans le lecteur via des descriptions agiles, parfois un peu longue « ish », mais rien de trop difficile à suivre. Attention, par contre : si tu n’es pas très habile avec cette belle langue qu’est l’anglais, je te suggère de passer ton tour, ou bien de t’armer de patience. The Cruel Prince se base dans un monde inventé et fantastique, il n’y a donc pas de place à des références existantes, et des mots très complexes et rarement exploités dans le langage courant s’y retrouve. Sommes toute, si l’anglais n’est pas tellement une barrière pour toi, alors soit prêt : la plume de l’auteur, autant pour la narration que les dialogues, est sublime, poétique et glisse une image assez puissante dans l’imagination du lecteur.

« There you are, » Cardan says as I take my place beside him. « How has the night been going for you? Mine has been full of dull conversation about how my head is going to find itself on a spike. »

Concernant les personnages, la psychologie derrière Cardan m’a bluffé. Non seulement il est sassy et hilarant, mais il a aussi une raison d’être ce qu’il est. Ça peut sembler stupide dit ainsi, mais trop de fois, les coeurs de pierre se révèlent être bien trop tendres. Or, ce n’est pas le cas. Oui, bon, nous comprenons mieux pourquoi Cardan est mesquin et cruel, mais cette explication ne le rend pas plus docile et vulnérable. Évidemment, ce n’est rien de bien nouveau. En revanche, l’auteur a su très bien exploiter l’histoire du personnage, et cela explique le caractère de « bully » du plus jeune prince des Faes.

Oh, et les illustrations sur Pinterest m’ont aussi beaucoup charmé, il faut l’avouer.

tenor

Ensuite, passons à Jude, notre héroïne (et l’histoire est écrite à la première personne, alors c’est le cas de le dire) ! Dans l’ensemble, et surtout au début et à la fin (oui, j’ai une dent contre le milieu du roman), elle était un pur délice de badassitude ! Sauf une fois, où elle a été si stupide que j’avais envie d’arracher la page. Cependant, promis, cela ne gâchera en rien votre expérience de lecture ! Mais, sans spoiler, voici un indice sur le moment dont je parle : Valerian, chambre, général. Voilà, si tu lis ce roman et tu sais de quoi je parle, saute dans la section commentaire !

 » Most of all, I hate you because I think of you. Often. It’s disgusting, and I can’t stop.  » – Cardan.

Finalement, dans l’ensemble, je n’ai pas du tout été déçu. Avec un gros 4/5, ce roman a su me charmer par son univers entraînant, ses personnages au sens de la justice aiguisée, à l’intrigue – en particulier la fin – qui m’a renversé, et cette plume magique nous permettant de nous évader dans notre monde imaginaire.

Psst, le tome 2, The Wicked King, paraîtra le 8 janvier 2019 !

 

Titre : The Cruel Prince

Auteure : Holly Black

Éditeur : Little, Brown and Company, 2018.

Nombre de pages : 384

Lien amazon : clique ici !

 

 

 

Publicités

3 réponses sur « The Cruel Prince – Le guide pour devenir badass ! »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s