To Kill a Kingdom : « sirens », pirates & royauté.

Pour Elian, la vie, c’est voguer sur l’océan au gré du vent, l’aventure dans le sang et le courage dans les veines ; pour Lira, la liberté, c’est nager dans la mer glacée au gré des torrents, la rage dans le coeur et le chant dans la gorge. Jusqu’à ce que, à la veille d’une guerre entre deux peuples, un écart de conduite change leurs vies à jamais. Le destin aime bien jouer des tours… surtout les pires.

 

20180619_212936_0001

Princess Lira is siren royalty and the most lethal of them all. With the hearts of seventeen princes in her collection, she is revered across the sea. Until a twist of fate forces her to kill one of her own. To punish her daughter, the Sea Queen transforms Lira into the one thing they loathe most—a human. Robbed of her song, Lira has until the winter solstice to deliver Prince Elian’s heart to the Sea Queen or remain a human forever.

The ocean is the only place Prince Elian calls home, even though he is heir to the most powerful kingdom in the world. Hunting sirens is more than an unsavory hobby—it’s his calling. When he rescues a drowning woman in the ocean, she’s more than what she appears. She promises to help him find the key to destroying all of sirenkind for good—But can he trust her? And just how many deals will Elian have to barter to eliminate mankind’s greatest enemy?

 

20180619_212950_0001

 

Pour commencer, je tiens à dire la note que j’ai attribuée à ce livre : 3,75/5.

Pourquoi pas 4 ? Car, à reculons, certains éléments m’ont dérangé plus que je le pensais à la fin de ma lecture, et j’ai donc décidé d’enlever un petit 0,25 que je vous expliquerai plus tard. Sachez que ce review sera sans spoilers, mais je parlerai tout de même de certains détails qui pourront vous mettre la puce à l’oreille durant votre lecture !

“We are not naïve little heirs to be molded as they wish. We are warriors. We are rulers.”

Tout d’abord, la plume de l’auteure est magnifique. Vraiment, très poétique, ce qui rendait parfois la lecture anglaise plus ardue, mais ça valait tout de même la peine. Aussi, pour ceux qui débutent la lecture en VO, je ne vous le recommande pas, puisqu’il s’agit d’une histoire de pirates, et donc d’un champ lexical que l’on voit rarement dans les romans. À la fin de ce livre, j’ai appris plein de nouveaux termes, ce qui me rend heureuse, mais je sais que certains n’aiment pas trop vérifier les nouveaux mots dans les dictionnaires. Ainsi, en raison de son niveau de difficulté plus élevé, je le recommande aux lecteurs de VO avertis !

“How strange that instead of taking his heart, I’m hoping he takes mine.” 

Le point fort de ce roman réside sans nul doute dans la romance qui, ma foi, est très lente et bien amenée. Les joutes entre les deux personnages principaux m’ont fait rire à plusieurs fois, et leurs pensées intimement développées nous permettent de réaliser à quel point, au final, ils ont des âmes identiques. Et cela, mes amis, ça m’a fait complètement chavirer. Le fait de réaliser, en tant que lecteur, les points communs de nos propres yeux, ça fonctionne à tous les coups !

Aussi, les pdv de Lira étaient très bien faits, le rythme entre l’action et l’introspection était bien dosé, et l’aventure régnait en maître dans les passages lui appartenant. L’évolution de la « siren », son passé et les raisons pour laquelle elle est devenue la tueuse qu’elle est aujourd’hui est juste sublime. Encore une fois, je me suis beaucoup attachée à Lira, et sa psychologie est très cohérente. Elle reste fidèle à qui elle est dès le départ, et son humanité bien enfouit finit par refaire surface à la bonne vitesse. Ni trop brusquement ni sans raison.

“And the ocean, calling out to us both. A song of freedom and longing.” 

Toutefois, les passages d’Elian m’ont moins convaincu. Il y avait plusieurs longueurs et même si j’aimais beaucoup ce personnage un peu naïf (vous comprendrez lorsque vous lirez), je n’avais pas l’impression de voir une différence entre les pdv de Lira et ceux du prince. Les deux avaient la même « voix », et si leurs caractères restent à l’opposé, ce n’est malheureusement pas le cas de la plume qui ne changeait jamais.

tumblr_leqtkcAWCA1qcnhhzo1_500

De plus, la fin m’a laissé sur ma faim (haha, jeu de mots !). Sans blague, tout se déroule trop vite et c’est mal expliqué. Pour ceux qui ont lu, dites-moi si vous étiez perdu, car pour ma part, je ne savais jamais s’« ils » étaient dans l’eau ou sur le sol. C’était déroutant et ça a gâché un peu le dénouement final. Difficile de s’imaginer une scène lorsqu’on n’y comprend rien ! C’est ici que j’ai retiré le petit 0,25.

Mais le pire pour moi, c’est que l’aventure, tout au long du roman, est grandiose et rien n’est trop facile, tandis qu’à la fin, c’est en mode Disney : Adieu le méchant, la paix arrive et tout le monde est heureux !

* Lance des fleurs et des pétales de roses, avec une musique bien mielleuse en fond *

Alors bon…

Même si j’ai adoré le livre, en particulier l’univers marin, Lira, la romance et l’aventure, ça reste que la fin semble avoir été bâclée. Mon ressenti a donc été refroidi par tout cela, et j’en viens à me demander pourquoi l’auteure n’aurait pas préféré en faire une saga à la place puisque, franchement, il y aurait bien des voies pour faire une suite à cette histoire !

“That’s the thing about risks, » Kye says.  » It’s impossible to know which ones are worth it until it’s too late.”  

Toutefois, je le recommande tout de même, puisque cette oeuvre est un véritable « eye candy ». La plume poétique m’a laissé sans voix, et le nombre de citations sublimes que l’on pourrait tirer de cette histoire est inconcevable. Une auteure à ses débuts que je compte bien suivre de très près !

 

Et vous, avez-vous lu ce roman ? Ou bien une autre histoire traitant de pirates ou de sirènes ?

 

Titre : To Kill a Kingdom

Auteure : Alexandra Christo

Éditeur :  Feiwel & Friends, 2018

Nombre de pages : 353

Lien Indigo : clique ici !

 

 

 

 

 

2 réponses sur « To Kill a Kingdom : « sirens », pirates & royauté. »

  1. Même si je suis entièrement d’accord avec toi sur la fin qui étais un peu brouillon, j’ai eu un véritable coup de cœur pour ce bouquin. Mais je pense que c’est principalement dû au fait qu’il est arrivé au bon moment (c’est à dire pendant une soif inconditionnelle de pirate et d’histoire d’amour).

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s