Attirance Criminelle : une Dark Romance à la hauteur des attentes !

Ce n’est pas pour rien que l’on interdit aux enfants de sortir la nuit… parfois, au tournant d’une rue sombre et insalubre, l’on peut tomber sur des monstres horribles. Mais qu’arrive-t-il lorsque les monstres ne sont pas ce qu’ils paraissent, et que nous ne sommes plus un enfant effrayé ?

 

20180619_212936_0001

Après la mort de son frère, Maya se réfugie dans la photographie, sa grande passion, celle qui l’aide à ne pas perdre le fil. Lorsqu’elle emménage à Phoenix pour sa rentrée universitaire, elle est déterminée à prendre un nouveau départ. Mais un soir, alors qu’elle décide de visiter les alentours, la jeune fille se perd dans les ruelles sombres d’un quartier malfamé. Témoin d’un meurtre, elle tombe sous la menace d’un tueur en cavale, Evann Black. Froid et violent, il fait de Maya sa nouvelle victime. Une attirance troublante et ambiguë s’installe alors entre l’innocente étudiante et le dangereux criminel…

 

20180619_212950_0001

Franchement, j’ai énormément de choses à dire sur ce livre, mais je vais commencer par ceci : je lui ai donné un gros 4/5, en tenant compte du fait que c’est le premier ouvrage édité de l’auteure Jenn Guerrieri, plus connu sous de nom de @Madworld sur la plateforme Wattpad, où elle a connu un brillant succès.

Je prends également le temps de faire un petit disclaimer à tous ceux et celles (et je vous vois venir) qui vont parler du réalisme de l’histoire et des messages véhiculés : C’EST DE LA FICTION. Certes, je suis la première à m’indigner lorsque la femme est dominée et mal traitée dans les New Romances, justement car ce n’est PAS de la Dark Romance, et que la NR prend normalement vie dans notre réalité contemporaine. Or, la Dark Romance, ce n’est pas là pour dicter aux adolescentes les codes de conduite dans une relation ; c’est même tout le contraire. Et d’ailleurs, mention spéciale à l’auteure qui fait beaucoup de sensibilisation sur le sujet sur son compte Instagtam auprès des jeunes qui lisent ses histoires.

« Malgré mes faibles tentatives de rébellions, Evann Black me prouvait à chaque fois que je restais impuissante face à lui. Je le haïssais de toute mon âme. »

Bon, maintenant que c’est dit, passons aux personnages ! Tout d’abord, je tiens à souligner que je ne suis pas ici pour parler de la version Wattpadienne de l’oeuvre, mais seulement de celle finale, car beaucoup de changements ont été apportés. Maya en est la preuve vivante ! Elle est plus forte, moins niaise et le combat acharné entre sa raison et son désir est mis de l’avant par quelques passages d’introspection bien réussis. D’ailleurs, j’ai trouvé le dosage entre le dialogue, l’action et les passages descriptifs, excellent ! Nous arrivons à nous imaginer les lieux, sans pour autant créer des longueurs ou ralentir l’histoire. C’est un gros point fort !

Concernant Maya, évidemment, sa naïveté m’a parfois déplu. Toutefois, dans le cas d’un syndrome de Stockholm, je comprends le choix de l’auteure quant à ce trait de caractère. Sinon, l’histoire n’aurait sans doute pas tenu debout. De plus, avec ce genre de scénario, il faut comprendre que la victime (Maya) se fait brutaliser et terroriser, donc il est logique qu’elle s’abaisse parfois devant son malfaiteur. En revanche, cela n’a pas empêché le personnage d’être combatif et de se venger à sa façon, ce qui m’a agréablement surprise. Oui, ça se terminait rarement bien, mais au moins, la petite avait du mordant !

« Il y avait deux pôles distincts en lui, deux hémisphères : l’un froid, qui me glaçait le sang et l’autre chaud, qui me consumait littéralement. » 

Quant à Evann, c’est surtout pour ce personnage que j’ai adoré l’histoire. Son évolution psychologique est tellement bien maniée, on le déteste en même temps de l’aimer, on veut qu’il se fasse détruire tout comme l’on souhaite secrètement qu’il arrive à vaincre ses ennemis… que de sentiments contradictoires qui vont vous tenir en haleine, ça, c’est certain ! Et puis, un autre GROS point positif : ce n’est pas le cliché du bad boy qui va devenir un gros coeur tendre lorsqu’il va s’ouvrir à l’amour. Oh non ! Evann reste fidèle à lui-même du début à la fin, et son évolution se fait petit par petit, de façon cohérente et lente, ce que j’ai particulièrement apprécié. Sans oublier les quelques points de vue d’Evann par-ci par-là nous permettant d’entrer dans l’esprit tordu et brisé qu’est le sien, ce qui aide franchement à comprendre son personnage.

Ensuite, le climat de terreur et de violence qui règne dans le roman est excellent. Les mots sont bien dosés, nous arrivons facilement à ressentir la peur et la panique de Maya tout au long de ses nombreuses épreuves. Les descriptions sont courtes et efficaces, ce qui rend la lecture fluide et addictive. La plume est simple, parfois un peu trop, mais cela ne gâche en rien l’expérience de lecture. Au contraire, les phrases s’enchaînent plus vite. Et comme je l’ai mentionné plus haut, ceci est le premier ouvrage de l’auteure. Si l’on prend cela en considération, c’est très bien, surtout pour un début !

« Elle m’agaçait, elle me rendait dingue. Je la trouvais insupportable, pourtant elle m’intriguait. »

Concernant les personnages secondaires, ils ne sont pas là que pour faire une jolie décoration, ce qui est génial. Je pense notamment à Safia, à laquelle je me suis autant attachée que Maya, et dont l’histoire a une réelle avancée dans le roman. Et, sans spoiler, j’avais les larmes aux yeux à un certain moment dans le récit…

Quant à l’histoire en elle-même, elle est pleine de suspense et extrêmement addictive. Impossible de déposer le livre, car presque chaque chapitre se termine par un mini Cliffhanger. Aussi, malgré la noirceur du scénario, l’action et les rebondissements qu’entraîne forcément l’univers du crime, il y a une touche de légèreté et d’humour amené par le personnage de Maya qui est très agréable. Parfois, ses pensées m’ont fait éclater de rire, tout comme les joutes entre nos deux héros. Sans oublier Evann et ses surnoms légendaires (hein, Pépito ?), qui m’ont tiré plus d’un fou rire.

« Je pouvais lire dans la profondeur des yeux d’Evann Black qu’il ressentait la même chose que moi : du désir. »

En somme, même si certaines phrases sont simples et qu’il manque un peu de poésie à mon goût, le récit est prenant, addictif, empreint de suspense, d’action et de romance que j’ai trouvé étrangement crédible. Certes, le but d’une Dark Romance est d’avoir une attraction malsaine, mais Evann a su me toucher malgré sa violence, par son passé et par l’évolution incroyable qu’il connaît au cours du roman. Honnêtement, je vous le recommande, autant pour le côté interdit de leur relation, que pour les rebondissements de fou !

 

Avez-vous des Dark Romance à me conseiller ? N’hésitez pas à me laisser vos suggestions en commentaire !

 

Titre : Attirance Criminelle – Tome 1

Auteure : Jenn Guerrieri

Éditeur :  Éditions Plumes du Web, 2019

Nombre de pages : 345

Lien Amazon : clique ici !

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s