Perfect World : Sortez vos mouchoirs !

Un manga au ton sérieux, une romance magnifique et une histoire qui nous conscientise sur une problématique trop peu abordée. Que demander de mieux ?

 

20190319_125151_0001

Tsugumi, à 26 ans, travaille au sein d’une entreprise de design d’intérieur. Un soir, lors d’une soirée de travail, quelle est sa surprise de retrouver autour de la table Ayukawa, son amour de lycée ! Mais depuis la fin de leurs études, le jeune homme, impliqué dans un accident, est en fauteuil roulant. Certaine que jamais elle n’aura la force (et l’envie) de fréquenter un homme « au corps amoindri », la jeune femme va pourtant sentir quelque chose bouger en elle…

 

 

20190319_125204_0001

Ce manga est une nécessité absolue dans la vie de tous lecteurs qui se respectent. Voilà, c’est dit. Non seulement les problématiques abordées dans ce récit sont rares, importantes et touchantes, mais l’histoire d’amour est si pure et douce que j’ai vidé au moins trois boîtes de mouchoirs au cours de ma lecture. Oui. Je ne blague même pas – I Wish !

Perfect World v03

Au fil des tomes, j’ai commencé à voir les personnes handicapées d’un tout autre oeil. Vous savez, dans notre société individualiste, nous avons tendance à être dérangés facilement. Que ce soit des enfants qui crient trop fort au parc, un bébé pleurant toutes les larmes de son corps au restaurant, un individu en fauteuil roulant au milieu d’une file d’attente, prenant beaucoup de place… nous sommes tous coupables d’avoir été « agacés » par quelqu’un n’ayant aucun contrôle sur sa condition. Et découvrir le personnage D’Ayukawa m’a chamboulée.

L’on apprend vite la dure réalité des personnes handicapées suite à un accident ayant endommagé la moelle épinière. Il ne s’agit pas que d’une mobilité réduite, mais d’un système immunitaire vulnérable, des escarres (horribles nécroses de la peau), un manque de contrôle sur la vessie, la difficulté d’engendrer des enfants – voir l’impossibilité -, les infections à répétitions, les douleurs « fantômes », et j’en passe. C’est bien plus que d’être cloué dans un fauteuil roulant. Tellement plus. Et nous en parlons trop peu.

perfect world

Au fil des pages, j’ai commencé à réaliser toutes sortes de choses, notamment au niveau de l’architecture des bâtiments. Ayukawa étant lui-même architecte, il tente à plusieurs reprises de concevoir des emménagements pour personnes à mobilités réduites, mais il reçoit parfois des refus, car « ça coûte trop cher ». Alors, que font-ils ? Quelle est leur place dans notre société ? Combien de boutiques ne sont pas munies de portes automatiques ou d’un ascenseur ? De cabine assez grande pour laisser passer un fauteuil ? Combien de commerces et restaurant n’ont pas de rampes et que des marches ? Ce sont des obstacles que ces personnes vivent au quotidien, et nous ne leur rendons certainement pas la tâche facile.

Vraiment, ce récit m’a conscientisé à faire davantage attention aux personnes ayant cette condition. Car comme le dit si bien Ayukawa : il est impossible d’accepter son handicap. Il faut seulement apprendre à faire avec, la vie continue.

perfect world

Et il a raison. Comment peut-on pleinement accepter ces restrictions ? J’ai adoré son personnage pour ça. Il ne tente pas de mentir ou de montrer que son handicap ne compte pas. Il a appris à être heureux malgré cela, mais il y a encore des matins ou il se réveille, frustré, après avoir rêvé qu’il courait sur un terrain de basket, comme dans ces années de lycée. C’est un deuil qui ne se terminera jamais.

Kanawa est également un coup de coeur. Honnête, lumineuse et résiliente, il est impossible de ne pas s’attacher à sa personnalité. J’ai aussi aimé qu’elle hésite à se rapprocher d’Ayukawa au départ. Qui n’aurait pas des réserves ? Pourtant, ça ne l’a pas empêché de voir l’homme avant l’infirme, et c’est la raison pour laquelle elle est retombée amoureuse de lui. Ensemble, ce couple est si beau, si fort, leurs épreuves n’en sont que plus tragiques, et leurs réunions si satisfaisantes.

Vraiment, que ce soit les sujets abordés, le rejet et les préjugés de la famille de Kanawa face à son choix d’être avec Ayukawa, rien n’est laissé de côté. Rie Aruga va au fond de ses idées. Ça se ressent. Elle traite cela avec tant de justesse, le récit en devient informatif en plus d’être magnifiquement bien écrit et dessiné. C’est si réaliste, si beau, si poétique… j’ai l’impression de me répéter, mais vraiment, aucun mot n’est capable de d’écrire ce que j’ai ressentis.

perfect world

Si vous n’avez toujours pas lu Perfect World, je ne vois pas ce qui vous retient. La romance, l’intrigue, les rebondissements, les personnages… tout est « parfait ». Oui, parfois, la lecture est difficile, car elle est déchirante, mais l’auteure sait comment doser l’émotion. L’on peut se retrouver à rire quelques secondes après avoir vidé une boîte de mouchoirs… peut-être même deux.

En bref, ce manga est clairement un coup de coeur ultime. Il fait désormais partie de mon top 5 et me hante encore, même si je l’ai terminé depuis plusieurs jours. J’espère sincèrement que vous lui laisserez une chance et qu’il saura changer votre regard sur notre société !

Un gros merci à Interforum Canada pour l’envoi de cette série.

 

Et vous, l’avez-vous lu ? Comptez-vous le lire ?

 

Titre : Perfect World

Auteure : Rie Aruga

Éditeur : Akata

Nombre de tomes : 9 volumes (en cours)

Lien Interforum : Clique ici !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

5 réponses sur « Perfect World : Sortez vos mouchoirs ! »

  1. Whaw quelle chronique 😮👏
    J’aime beaucoup ce genre d’histoire et suis touchée par ce sujet.

    Et de voir à quel point tu as été émue me donne encore plus envie ! Je sens que je vais adorer.
    En plus, ça fait tellement longtemps que je n’ai pas lu de mangas ! Je l’ajoute à ma PAL 😊 Merci

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s