Emma dans la nuit : un thriller psychologique plus que réussi !

Il y a des livres qui prennent du temps à lire, car ils nous paraissent ennuyeux, et il y a des livres qui, une fois ouverts, sont impossibles à lâcher. Pouur moi, « Emma dans la nuit » fait partie de cette deuxième catégorie. Laissez-moi vous expliquer pourquoi…

20200114_123600_0000

20200110_163314_0000

Une nuit, Emma et Cassandra Tanner, deux sœurs de 15 et 17 ans disparaissent. Tout est envisagé : fugue, enlèvement, meurtre. Trois ans plus tard, Cass revient, seule. Et raconte. La fuite d’Emma cette nuit-là, Cass qui l’a suivie, un couple d’inconnus, une route, un bateau, une île transformée en prison, puis son évasion. Lorsque Abby Winter, psychiatre du FBI, recueille le témoignage de Cass, elle est envahie par le doute. Son récit comporte de troublantes zones d’ombre…
Dit-elle toute la vérité ?

 

20200110_163305_0000

D’abord, l’écriture fut pour moi un élément central qui m’a permis d’embarquer rapidement dans le roman. Dès les premières lignes, l’auteure nous fait rentrer dans l’état mental du personnage principal, Cassandra et ce, d’une force incroyable. L’écriture peut paraître lente au départ, mais alternant entre le passé et le présent, le tout devient fluide et passionnant à travers les chapitres. En outre, Wendy Walker nous montre autant le point de vue de Cassandra que de Abby, la psychiatre. Ce deuxième point rend le récit encore plus addictif à travers une force d’écriture impressionnante.

« Les gens croient ce qu’ils ont envie de croire. Les gens croient ce qu’ils ont besoin de croire. Peut-être n’y a-t-il aucune différence entre les deux ? »

Ensuite, j’ai adoré l’intrigue qui, pour moi, fut très prenante. Je dois vous avouer que j’ai littéralement lu ce livre en deux jours! Les premiers chapitres peuvent nous sembler longs, voir anodins, mais il faut s’avoir que tous les événements finissent par s’emboîter, ce qui nous mène exactement là où l’auteure vous nous amener. Le suspens présent me fit dévorer le roman avec une hâte de découvrir la vérité et je ne fus pas déçu. Mais où est Emma ? Pourquoi ? Comment ? Des questions qui se sont enchaînées tout au long de ma lecture et qui m’ont mené à décrocher difficilement du roman. Bien qu’il soit possible d’anticiper le dénouement, plusieurs autres éléments surprenants viennent le meubler, ce qui rend notre lecture agréable malgré tout.

« Aucun secret n’est en sécurité. Jamais. À moins de ne se confier à personne. »

Par ailleurs, un autre élément qui m’a énormément accroché est la thématique principale du roman. L’auteure aborde un trouble psychologique rarement abordé : la personnalité narcissique ainsi que le cycle engendré par ce trouble. Non seulement elle nous décrit ce qu’est une personnalité narcissique, elle nous fait vivre l’état mental des personnages pris dans le cycle narcissique. En effet, nous vivons les états d’esprit de Cassandra et d’Emma aux prises avec une mère narcissique dont l’amour est conditionnel, ce qui rend le récit fort en intensité. Personnellement, la santé mentale est un sujet qui me passionne à la base, ce qui rend mon opinion favorable à la thématique abordée.

« […] le sujet narcissique a un sens exacerbé de sa propre importance, il est persuadé d’être capable de réussir tout ce qu’il entreprend, surestime son pouvoir, sa beauté, son intelligence, manifeste un besoin d’admiration excessif, a le sentiment que tout lui est dû, profite des autres pour atteindre ses propres objectifs, est dépourvu d’empathie, refuse de prendre en compte ou ne reconnaît pas les besoins et les sentiments des autres. »

Je termine cet article en abordant un dernier point que j’ai apprécié : les personnages en soi. Autant que nous haïssons certains personnages, autant que nous éprouvons de l’empathie pour d’autres. Prenons la mère qui est antipathique et qui nous fait vivre toute sorte d’émotions négatives par exemple. Puis, les deux jeunes filles sont d’un contraste intéressant, ce qui nous permet de les différencier facilement : l’une avec un fort caractère, l’autre qui s’efface totalement. Ce qui rend davantage intéressant le caractère différent des jeunes filles est le fait que ce sont deux types de personnalités engendrés par le trouble narcissique de la mère.

Bref, à travers une lecture prenante grâce à une thématique sur la santé mentale originale, une écriture intense, bien que parfois un peu lente, une intrigue qui peut sembler simple de prime abord, mais surprenante à la toute fin et des personnages contrastants qui nous font vivre des états d’âme forts en émotions… je recommande fortement ce livre.

Si vous avez lu ce livre, que vous ayez aimé ou pas, qu’en avez-vous pensé ??

20191023_164008

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.