Pretty dead girls: une fiction à la « pretty little liars »

Meurtre, romance, adolescence… Un mélange de genre qui nous rappelle l’univers de Pretty little liars, où se mêle amour et trahisons. Et si, cette fois, nous avons le point de vue du meurtrier ?

20200721_154709_0000

20200110_163314_0000

Belles à tomber.
Parfaites en tout point.
Sauvagement assassinées.
Leur corps est apprêté avec méticulosité, disposé dans une position bien particulière. Leurs visages, parfaitement maquillés, sont tournés selon l’angle le plus flatteur, leurs vêtements coûteux brossés et défroissés. Seul leur cou ouvert d’une oreille à l’autre vient démentir ce tableau idyllique. Seul leur regard vide trahit la vérité : elles sont mortes et bien mortes. Les filles les plus populaires du campus sont tuées les unes après les autres et la reine de la promotion, Penelope Malone, présidente du club qui les réunit, est terrifiée à l’idée d’être la prochaine sur la liste. La seule issue, pour elle ? Fouiner un peu, chercher qui peut bien être ce tueur en série qui menace la tranquillité de cette petite ville côtière de Californie, un havre de paix habité par certaines des plus grandes fortunes du pays. Ses soupçons se portent d’abord sur Cass Vicenti, d’autant qu’il était étrangement proche de certaines des victimes malgré son statut de nerd de service. Mais échapper au tueur va demander à la jeune fille de se faire beaucoup, beaucoup plus maligne qu’elle ne le pensait…

 

20200110_163305_0000

Tout d’abord, je tiens à remercier Interforum Canada pour leur confiance et leur soutien.

J’adore les romans à suspens, le genre où tout le long du récit le mystère plane, où il faut deviner le meurtrier d’avance comme si l’on était le défectif en chef du roman. Ainsi, le résumé m’a alors fortement attiré et les premières lignes m’ont ensuite accrochée. L’auteure commence en force en nous présentant le point de vue… du meurtrier ! Tout le long du récit, l’auteure alterne entre le point de vue de celui-ci et celui du personnage principal, ce qui rend la plume de l’auteure très intéressante. Je crois toutefois que le roman gagnerait à être lu en anglais, comme il est facile de deviner le sexe du meurtrier dans l’écriture en français. Et, sachant le sexe, cela élimine beaucoup de suspects…

« J’ai beau adorer ma ville, parfois elle me semble totalement artificielle, comme si c’était un simple décor de cinéma, comme si son existence avait pour seul but de rendre les autres heureux, mais pas moi. »

Malgré les débuts hauts en couleur, bien qu’agréable à lire, le reste du roman n’a rien d’innovateur. Pour moi, un bon thriller doit avoir des rebondissements, créer des palpitations ou encore jouer avec nos nerfs. Je n’ai malheureusement rien ressenti de tel lors de ma lecture. Monica Murphy m’a donné l’impression de ne pas savoir elle même qui était le meurtrier et d’avoir choisi un scénario final au hasard. Seulement quelques indices lors des dernières pages du roman nous ont menés au meurtrier, mais sans plus. Peut-être que c’est la faute à Agatha Christie qui met la barre très haute lorsqu’il est question de meurtre, mais la fin, plutôt que surprenante, fut davantage décevante. L’auteure a trop voulu nous surprendre, mais n’a pas su bien ficeler son thriller pour y arriver. Bilan : on se retrouve dans un univers mixant Pretty little liars et Big little lies un peu raté.

« Je vous jure, quelle peau de vache elle fait, parfois ! Pourtant, j’envie son audace. Elle n’a peur de rien. Elle est mal élevée, méchante comme la gale mais, surtout, elle se fiche royalement de ce que pensent les autres. »

Toutefois, un point fort : bien qu’elle ne sorte pas des sentiers battus, la romance reste bien dosée tout le long du récit. J’ai beaucoup aimé la relation entre Cass et Penelope comme j’adore les clichés lorsqu’il est question de romance. J’aurais probablement même préféré un roman sans le thriller, axé sur leur relation qui m’a fait revivre mon adolescence. Je ne vous donne pas plus d’informations sur leur relation pour éviter de vous donner des spoilers !

Pour ce qui est des personnages spécifiquement, je les ai trouvés un peu fades et sans profondeur comme l’auteure tombe rapidement dans les stéréotypes de lycée américain. Je n’ai donc ressenti aucun attachement face aux personnages et leurs morts m’ont laissé de glace… à moins que je sois psychopathe moi-même (whoops) ? Sans blague, il y a aussi leurs réactions face aux meurtres qui m’ont semblé irréalistes : ils font la fête, leur propre enquête, bien souvent faussement émue… Bref, une réaction face au danger et à la mort de camarades très peu crédible. Si un meurtrier rôdait dans mon lycée, je serais sur la panique 24/7 (qui ne le serait pas ?)

« Au lycée, cette fille, c’est la perfection incarnée. Pourtant, là, renversée sur le dossier de son siège, avec sa crinière cuivrée, sauvagement indisciplinée, qui retombe en vagues autour de son visage, et des traces d’eye-liner sur ses joues rougies par l’air froid de la nuit, elle ne me semble plus si infaillible que ça. »

Si on oublie la fin écrit sur le coin d’une table, le livre se lit très bien. La plume de l’auteure m’a permis de rester accroché malgré tout et la romance a rendu le tout un peu plus agréable. Est-ce que je conseille la lecture du livre ? Ça dépend. Oui si vous aimez l’ambiance des lycées américains, ou les thrillers très YA, axé sur la romance. Mais si vous êtes à fond dans l’enquête comme moi, je vous recommande d’y aller avec des attentes différentes.

J’ai tout de même vu plusieurs critiques positives à l’égard du roman, suis-je la seule à avoir été un peu déçue ?

20191023_164008

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.